Archives par mot-clé : Semaine de la Recherche

SEMAINE DE LA RECHERCHE: 17,18,19 & 20 mai 2016 Galerie Colbert – Salles Jullian et Perrot

La première Semaine de la recherche s’inscrit dans l’offre de formation de l’ED441 Histoire de l’art. Les enseignements proposés durant cette semaine s’intègrent à la scolarité doctorale et sont validés en crédits ECTS*.

Chaque journée, 3 ateliers de 3 heures sont proposés et animés par un(e) professeur(e) de l’École doctorale. Les ateliers sont structurés autour de l’intervention de l’enseignant- chercheur sur l’un de ses chantiers de recherche mettant en évidence les aspects transversaux (méthodologique ou thématique) pouvant concerner l’ensemble des doctorants de l’ED. Lors de cette séance, l’enseignant-chercheur peut inviter une/des personnalité(s) du domaine qui fera partager aux doctorants son expertise de professionnel de la recherche. Les doctorants participent activement aux débats et contribuent à la construction d’une vision plurielle de l’histoire culturelle et sociale de l’art.

* Pour valider le module « Séminaires » du parcours doctoral, le doctorant doit participer à 3 ateliers dans la semaine.

.

Programme en pdf

.

MARDI 17 MAI 2016

9h00 – 12h00, Michel Poivert (salle Jullian)

OPUS/CORPUS: LE VOYAGE AUTOUR DU MONDE D’ALBERT KAHN

Invitée: Valérie Perlès, directrice du musée Albert Kahn

Dans le cadre des travaux menés par le comité scientifique du musée Albert Kahn, nous examinons le corpus inédit du « Voyage autour du Monde » (1908 – 1909) d’Albert Kahn, dont l’opérateur Albert Dutertre a produit plusieurs centaines de vues stéréoscopiques. De la France aux États-Unis puis au Japon, ce voyage inaugure un mode de découverte du monde qui devient quelques années plus tard le grand projet des Archives de la planète. Le corpus est ici en noir et blanc, à la différence de l’usage des plaques couleurs autochromes que Kahn privilégie aux côtés du film pour les Archives de la planète.

La réflexion conduite sur la base de l’examen de cette production séminale repose sur deux ressorts: la compréhension d’une culture visuelle de l’instantanéité, un travail de contextualisation pour mesurer l’originalité de l’approche du couple Kahn-Dutertre au regard de l’histoire de la photographie. Étude iconographique aussi: il convient d’interpréter les sujets choisis par les voyageurs: questions sociales, architectures, exercices formels, etc.

Cette enquête autour du monde à l’époque 1900 trouble notre regard d’historien d’art et de la photographie: les frontières semblent poreuses entre pratique vernaculaire des amateurs en voyage et œuvres reconnues des photographes de l’époque. Comment comprendre le moment où le corpus se transforme en opus ? Le vernaculaire en œuvre.

.

13h00 – 16h00, Emmanuel Pernoud (salle Jullian)

L’ESPACE INTÉRIEUR DANS L’ART

Empruntée au roman policier, la notion de «chambre close» peut servir à dessiner une certaine histoire de l’espace intérieur dans l’art et le discours sur l’art, entre le XIXe et le XXe siècles. On abordera cette question par les représentations picturales du lieu privé: les images produites par des artistes célèbres pour leurs scènes d’intérieurs (entre autres Vuillard, Munch, Vallotton, Hammershøi) seront rapprochées des romans de détection et de sciencefiction qui prospèrent au tournant du siècle, avec les noms de Wells, Conan Doyle et Leroux.

.

16h00 – 19h00, Dominique Poulot (salle Jullian)

PERSPECTIVES DE RECHERCHE SUR LES PERIOD-ROOMS

Dans les musées, les salles de contexte historique ou period rooms, à la mode depuis la fin du XIXe siècle, avaient été progressivement abandonnées à partir des années 1930 – 1940 au profit de dispositifs plus conformes au credo muséographique moderne – jusqu’à l’hégémonie du white cube des décennies 1960–1970. Elles refont surface aujourd’hui dans maintes institutions, européennes ou américaines, rhabillées, reconsidérées, et souvent rebaptisées. Enfin de nombreux artistes contemporains font usage de ces dispositifs au sein d’installations diverses, ouvrant des dialogues souvent provocateurs et critiques. Les perspectives de recherche sur ces phénomènes sont multiples. Les spécialistes de culture matérielle ou d’histoire de la restauration se penchent sur les vicissitudes de ces installations et de leurs artefacts. Les historiens des arts décoratifs peuvent non seulement repérer les provenances des éléments de décor et des objets, mais aussi mettre au jour les modèles à l’œuvre dans les demeures de collectionneurs, les types d’intérieurs, les processus commerciaux et les jeux de l’expertise qui déterminèrent leurs trajectoires souvent compliquées. Les historiens des musées s’intéressent aux débats muséologiques, ainsi qu’à l’histoire du goût engagé dans ces reconstitutions, dans sa relation à la mélancolie post-moderne. On donnera un aperçu de ces différents aspects à l’échelle internationale.

.

16h00 – 19h00, Mercedes Volait (salle Jullian)

LES DÉCORS ORIENTALISTES AU XIXE SIÈCLE OU LES NOUVEAUX TERRITOIRES DE L’HISTORICISME

C’est généralement au sein de l’architecture domestique, c’est-à-dire dans la sphère privée, que les salles de style ou d’époque ont vu le jour, avant de connaître éventuellement une seconde vie au musée lorsqu’elles y ont été remontées. Un chantier en cours sur un ensemble de décors orientalistes créés dans le dernier tiers du XIXe siècle et le début du XXe siècle par des collectionneurs d’art islamique actifs en Égypte et en France permet de saisir au plus près la fabrique matérielle de ces intérieurs par le biais de moulages et de remplois et les conduites sociales dans lesquelles ils s’inscrivent. La recherche montre que ces «œuvres d’art total» ne sont pas seulement des démonstrateurs de distinction, mais aussi une forme, genrée, d’invention de soi et l’expression privilégiée de nouvelles masculinités à l’orée de la modernité. Elle invite plus largement à repenser la question de «l’exotisme» et du dépaysement, et par ricochet la théorie postcoloniale appliquée à l’orientalisme.

.

MERCREDI 18 MAI 2016

9h00 – 12h00, Pascal Rousseau (salle Perrot)

COMMUNICATIONS: ART, EMPATHIE ET TECHNOLOGIES

Où il sera question d’analyser comment, historiquement, les arts des XIXe et XXe siècles (arts visuels, musique, architecture, arts vivants confondus) ont été intrigués sinon obsédés par la recherche d’une performance des échanges et qu’ils se sont, pour cela, appuyés largement sur des modèles croisant imaginaires des technologies de la communication et protocoles de psychologie expérimentale.

.

13h00 – 16h00, Philippe Dagen (salle Jullian)

« PRIMITIVISMES »

La séance traitera de plusieurs façons des «primitivismes» et de leurs rapports avec les avant-gardes occidentales et la création actuelle. Une première partie sera consacrée à l’exposé de quelques recherches et problématiques issues de mes travaux en cours, entre autres sur la place de la préhistoire dans ces «primitivismes». La deuxième confrontera les méthodes et les apports de deux recherches doctorales en cours d’achèvement : l’une sur les notions de «populaire» et de «naïf», l’autre sur les relations du surréalisme avec une certaine idée du «sauvage». La troisième, en dialogue avec Maureen Murphy, s’attachera à des questions touchant à la définition et la présentation de la création «non-occidentale» – et plus particulièrement africaine – dans le monde de l’art supposément « mondialisé » d’aujourd’hui.

.

16h00 – 19h00, Étienne Jollet (salle Jullian)

LE FOND DE L’ŒUVRE: DE LA MÉTAPHORE À L’OUTIL HEURISTIQUE

On s’intéressera au phénomène récurrent que constitue, dans diverses langues européennes, le lien existant entre les acceptions topographique et causale des termes traduisant la notion de fond, désignant à la fois l’arrière-plan et le fondement: il en va ainsi pour fondo en italien, fundo en espagnol, ground en anglais, Grund en allemand. Que signifie la stabilité de ce lien? Doit-on le réduire à un effet sémantique d’ordre métaphorique, dans lequel on part du donné visuel (topographique) pour aller vers la valeur abstraite (la causalité)? Ou bien peut-on tenter d’en mesurer la puissance heuristique dans le champ des arts visuels, permettant de mieux connaître des mécanismes spontanés qui associent le fond et la figure, l’action, la narration, si importantes dans l’art occidental? Il faudra alors s’interroger sur le lien réciproque existant entre l’image dans la langue et le discours dans la représentation visuelle et ce, à partir d’un objet, le fond, qui, contrairement à ce qui appelle l’identification (la figure, l’action, la narration), interroge la possibilité même de la dicibilité de l’art. L’histoire de l’art, cette mise en mots de l’oeuvre, devrait donc accepter un régime modalisé, entre certitude et incertitude, dans l’œuvre comme dans le discours qui est censé en rendre compte.

.

JEUDI 19 MAI 2016

9h00 – 12h00, Colette Nativel (salle Jullian)

Cet atelier vise à montrer différentes facettes de la recherche en histoire de l’art en Europe. Frederik Knegtel, doctorant de l’université de Leyde, et Alexander Dencher, lui aussi néerlandais, mais doctorant à Paris 1, présenteront leurs recherches et activités dans le cadre des deux universités. Un second volet visera à montrer les collaborations qui peuvent s’instaurer entre la recherche dans les musées et la recherche à l’université. Sophie Andrieu (MAHJ), Matthieu Léglise (Paris 1), Matthieu Somon (Paris 1), Sonia Fellous (IRHT–CNRS, sous réserve), organisateurs de la récente exposition Moïse qui a eu lieu au MAHJ et du colloque qui lui a été associé (Paris 1, Centre allemand d’histoire de l’Art, MAHJ), évoqueront ensemble ces collaborations.

.

13h00 – 16H00, Jean-Philippe Garric (salle Jullian)

Cette séance s’organisera autour de la présentation de mes travaux en cours, dans le cadre de la préparation de l’exposition Charles Percier (1764–1838). Architecture et design au temps des révolutions, inaugurée au Bard Graduate Center à NY en novembre 2016 et au château de Fontainebleau en mars 2017. Cet architecte n’a jusqu’à présent jamais fait l’objet d’une exposition ou d’une monographie qui donne de sa production une idée d’ensemble. Cette lacune s’explique par deux difficultés majeures: d’une part, l’impossibilité de le résumer à sa collaboration au service de Napoléon avec Pierre Fontaine, doublée de la complexité de le séparer de lui; de l’autre, le caractère déconcertant d’une implication dans de nombreux domaines, parfois éloignés de son métier d’architecte, qui jette le trouble sur la nature réelle de son activité. Ces deux écueils induisent le double choix de traiter Percier sans Fontaine et d’insister sur la diversité de ses terrains d’action (architecture, mobilier, décoration intérieure, ornement) et sur son éclectisme, à partir d’une analyse approfondie de son œuvre graphique considérée comme la matrice de son œuvre.

.

16h00 – 19h00 / Philippe Morel (salle Jullian)

ACTUALITÉ DE LA RECHERCHE DOCTORALE: LES BACCHANALES ET LE RIRE DANS L’ART DE LA RENAISSANCE ET AU-DELÀ

Avec la participation de Francesca Alberti et de Sara Vitacca

Cette séance vise d’abord à mettre en valeur les prolongements de recherches conduites au sein de l’école doctorale et par ses membres, à travers deux manifestations qui s’adressent à un large public, et elle tend à souligner le caractère transhistorique et interdisciplinaire de certains axes de réflexion. L’exposition Bacchanales! Le nu, l’ivresse et la danse au XIXe siècle, actuellement présentée à Bordeaux et bientôt à Ajaccio, dont Sara Vitacca, doctorante à Paris 1 (dir. P. Wat), est l’un des deux commissaires scientifiques (catalogue publié par Silvana Editoriale); et le Festival d’histoire de l’art de Fontainebleau dont le thème de cette année est le rire, avec un comité scientifique dont Francesca Alberti a été un élément moteur, après avoir consacré sa thèse de doctorat à La peinture facétieuse. Du rire sacré de Corrège aux fables burlesques de Tintoret (soutenue en 2013 à Paris 1 et publiée en 2015 aux éditions Actes Sud). Elles viendront l’une et l’autre présenter ces deux champs de recherche et ces deux manifestations, auxquels je participe notamment sous la forme de deux contributions que j’exposerai à l’occasion de cette séance.

.

VENDREDI 20 MAI 2016

9h00 – 12h00, Pierre Wat (salle Jullian)

Cette séance s’organisera en trois temps. Je présenterai mes recherches en cours, autour de la notion de « tragédie du paysage », dédiée à l’étude du paysage perçu comme lieu de l’enfouissement d’une histoire tragique. Dans un second temps, deux doctorantes, Sara Vitacca et Emma Cauvin, feront une présentation croisée de leurs travaux, autour de la question des mythes d’artistes. Sara Vitacca travaille sur le michelangelisme en Europe dans le dernier tiers du XIXe siècle, Emma Cauvin sur la construction de la légende de Monet dans l’historiographie. Cette présentation mettra l’accent sur convergences et divergences méthodologiques. Ce débat aura lieu en présence de François-René Martin, professeur d’histoire générale de l’art à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, qui interviendra d’abord comme répondant, avant de présenter son travail en cours sur Ingres et Raphaël, en mettant l’accent sur cette même question du mythe.

.

13h00 – 16h00, Thierry Lalot (salle Jullian)

L’après-midi sera consacrée à la présentation d’un état des lieux de la recherche en conservation-restauration au sein de la composante: délimitation du champ, orientations thématiques, rapports à d’autres domaines… S’il s’agit d’appuyer cette présentation sur les travaux des doctorants, post-doctorants et titulaires de la composante, la méthode consiste à placer l’ensemble de ces productions scientifiques sous un regard critique visant à souligner leurs contributions à l’histoire, la logique et la portée de la conservation- restauration. La forme retenue consistera donc, après une brève introduction, en un programme d’exposés synthétiques des travaux de recherche. À l’issue de chaque présentation ou de plusieurs, un temps sera offert à la discussion afin de débattre des points d’épistémologie mentionnés précédemment.

.

16h00 – 19h00 / Agnes Devictor (salle Jullian)

ÉVOLUTION D’UNE RECHERCHE: INTRODUCTION À UN WORK IN PROGRESS SUR LES REPRÉSENTATIONS DE LA GUERRE IRAN-IRAK

Cet atelier vise à présenter comment une recherche finalisée – portant sur la façon dont la guerre Iran-Irak (1980–1988) a été mise en scène dans des films de fiction durant le conflit et sur la façon dont se sont élaborées des figures de combattants musulmans et du martyre – évolue en gardant le même sujet (la guerre Iran-Irak et ses représentations en Iran) mais en changeant de supports (musées, peintures murales) et de temporalités (pendant / après la guerre). Il montrera aussi, à partir d’autres retours de terrains (Afghanistan, Liban) comment ces problématiques peuvent s’enrichir de la mise en rapport d’autres études de cas. Dans la présentation de cette nouvelle recherche, il s’agira de réfléchir, à partir d’extraits de films, de peintures murales et de choix muséographiques, à la plasticité de ces représentations avec des doctorants qui travaillent dans le domaine de l’histoire du cinéma, de la muséologie, de l’architecture et de l’espace urbain, et qui, plus largement, interrogent les choix formels dans la représentation d’événements politiques et historiques.

.

.

Organisateurs

Michel Poivert, directeur de l’ED 441 Histoire de l’art

Zinaïda Polimenova, responsable administrative de l’ED 441 Histoire de l’art

En partenariat avec le Centre de recherche HiCSA, université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Informations

ED441 Histoire de l’art,
université Paris 1 Panthéon Sorbonne Semaine de la recherche
17,18,19 & 20 mai 2016

Galerie Colbert – Salles Jullian et Perrot
2, rue Vivienne 75002 Paris
Métro Bourse (ligne 3) ou Palais Royal (ligne 1, 7)