Archives par mot-clé : Sciences-Po Paris

Programme de l’Université d’été : « Territoires du fantasme. Réfléchir sa thèse : essais d’ego-histoire de l’art, de l’Antiquité à nos jours », Paris, INHA, du 26 au 29 juin 2018

Territoires du fantasme.

Réfléchir sa thèse : essais d’ego-histoire de l’art, de l’Antiquité à nos jours

 

Articulée autour d’un colloque, ponctuée de diverses manifestations (visite guidée, débats, projection) et de rencontres informelles, cette université d’été a pour but de favoriser les échanges, humains et scientifiques, entre jeunes historiens de l’art et archéologues des deux côtés de l’Atlantique, de créer un dialogue doctoral transnational et de valoriser le rôle des jeunes chercheurs dans la création de nouveaux réseaux de recherche. Ce projet transversal et pluridisciplinaire à l’orientation clairement méthodologique, porté par les doctorants eux-mêmes, est appelé à devenir pérenne.

Du grec ancien φάντασμαphantasma, («apparition») et du latin phantasma («fantôme», «spectre») et, le fantasme semble être la condition première de notre rapport aux images. C’est à partir de ce modèle « fantomal » de l’histoire que nous souhaitons aborder la question du fantasme et de son empreinte sur nos pratiques d’historiens de l’art.

Pour la première édition de cette Université d’été en partenariat avec Columbia University, nous donnons la possibilité aux doctorants d’un côté et de l’autre de l’Atlantique de dresser la cartographie de leurs propres fantasmagories doctorales, dans un cadre informel qui permette une véritable liberté des échanges et des interactions : dans quels territoires se développent ces phénomènes de projection, d’illusion, d’hallucination ou de fixation fétichiste qui hantent irrémédiablement les approches scientifiques les plus rigoureuses ? Il s’agit de débusquer et d’arpenter, à travers nos pratiques de jeunes chercheurs, les différents espaces dans lesquels se déploie cette question du fantasme en une véritable topographie d’un inconscient à l’œuvre – que ce soit dans notre rapport à notre propre thèse, à nos pairs, à l’université, aux institutions en général – et, bien entendu, avant tout, aux œuvres elles-mêmes.

Il s’agit enfin de croiser les différents regards que les chercheurs français et américains portent les uns sur les autres, tant au niveau des approches, des méthodes et des buts que des mythes et des figures tutélaires – soit autant de regards nourris par un imaginaire fondamentalement fantasmagorique fait de désirs et de rejets, de projections et de refoulements.

 

Programme
programme en pdf

Mardi 26 juin – Auditorium de la Galerie Colbert.

18h-19h30 Ciné-concert John Ford, Bucking BrodwayComposition originale de Johann Percival et Nicolas Setton

 

Mercredi 27 juin – Salle Vasari, Galerie Colbert.

10h Introduction de l’université d’été par Emmanuel KattanAida Sarr et Victor Monmège (Alliance Program), Pascal Rousseau (Paris 1), Laurence Bertrand Dorléac (Sciences-Po) et les membres du comité d’organisation

SPECTRES ACADÉMIQUES

10h30/11h Emma Cauvin (Paris 1) Écrire les marges de l’historiographie « scientifique » : imaginaire, poésie et fiction dans une réception critique de Claude Monet

11h/11h30 David Sledge (Columbia university) Bitterness, Desire, and Other Affects in the Social History of Art

11h30/11h50 Pause

11h50/12h20 Alex Weintraub (Columbia university) The Kunstwollen and art history’s slips of the tongue

12h20/12h50 Discussion

13h/14h30 Déjeuner

 

L’ARCHIVE ET LE FANTASME

14h30 /15h Alice Aigrain (Paris 1) Réception et répulsion : quand l’archive dégoûte

15h / 15h30 Lindsay Cook (Columbia university) Fantasmes « paroissiaux » face aux archives du chapitre cathédral de Paris

15h30 /15h50 Pause

INTERSTICES

16h15/16h45 Alban Ferreira (Paris 1) Penser par-delà les frontières épistémologiques : science, philosophie et cinéma dans l’œuvre de Jean Painlevé

16h45/17h15 Nicholas Morgan (Columbia university) Between Essay Film and Counter-Surveillance: Gregg Bordowitz and AIDS Video Archives

17h15 / 17h30 Discussion

 

Jeudi 28 juin  Salle Vasari, Galerie Colbert.

L’OBJET DU DÉSIR

10h/10h30 Stéphanie Barbier (Paris 1) Une poétique du prosaïque : étudier  la photographie au prisme de sa technicité

10h30/11h Isabel Biascoechea (Columbia university) Ruined Fragment, Fragmented Ruin: Archaeological Fantasies of the Ancient Past

11h/11h15 Pause

 

EGO-HISTOIRE DE L’ART

11h15/11h45 Camille Richert (Sciences-Po) Travailler sur le travail dans l’art contemporain : autoscopie de chercheuse en pays minier

11h45/12h15 Emma Le Pouesard (Columbia university) The Mirror and the Eye : the materiality of feminity in a 14th century ivory box

12h15-12h30 Discussion

12h30/14h00 Déjeuner

14h00/14h45 Entretien de Thomas Schlesser (Polytechnique) avec l’artiste Marie-Luce Nadal

16h Apéro-pétanque dans les jardins du Palais-Royal

 

Vendredi 29 juin 

15h – Musée de l’Orangerie: Visite guidée de l’exposition Nymphéas. L’abstraction américaine et le dernier Monet, par sa commissaire, Cécile Debray, au Musée de l’Orangerie (Entrée réservée aux participants)

19h – Reid Hall, Columbia, Paris: Soirée de clôture

 

Avec le soutien du Programme Alliance et de l’ED441

 

Organisation : Élodie Baillot ; Matthieu Leglise ; Marie Piccoli-Wentzo ; Olivier Schuwer ; Marie-Charlotte Téchené