Archives par mot-clé : ARIP

ARIP – Présentation

L’ARIP est une association de recherche qui a été créée en 2007 par deux doctorantes de Paris 1 spécialisées en histoire de la photographie. Sa dynamique a été relancée en mars 2014 et elle accueille aujourd’hui des étudiants et chercheurs venus de nombreuses universités ainsi que de nombreuses disciplines, mais aussi des professionnels de la photographie, des conservateurs et artistes. Cela correspond tout à fait à la volonté de l’ARIP de porter un regard large sur notre objet commun, qui est la photographie, et en filigrane, sur la question plus générale de l’image. Cela correspond aussi à notre choix d’y répondre sur le mode collectif, dans un espace bienveillant où les expériences et les savoirs sont mutualisés au profit de tous.

L’organisation de l’association revient à un bureau collégial, élu chaque année mais aussi ouvert aux aléas des agendas particuliers. La souplesse et l’horizontalité font partie des principes que porte l’ARIP et qui infusent ses pratiques, ce qui permet à chacun de s’y investir comme il le peut, mais aussi de voir l’organisation de l’association réajustée en fonction des besoins et des expériences. Nos membres sont en en effet systématiquement sollicités pour les modifications concernant l’organisation de l’association. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous réservons plusieurs rencontres par an à un temps de discussion libre où chacun peut exprimer ses souhaits et faire ses propositions.

Activités

Les ateliers mensuels 

Le cœur de nos activités est constitué par les « ateliers de l’ARIP », qui sont le fruit d’une réflexion menée à la suite d’une première année d’expérience. Nous avions en effet commencé, en 2014-2015, par un séminaire plus académique qui ne nous paraissait pas répondre suffisamment aux attentes de nos membres malgré la qualité des communications. C’est pourquoi nous nous sommes tournés aujourd’hui vers une formule plus participative et ouverte. Il s’agit de rencontres mensuelles où nous cherchons à interroger des problématiques méthodologiques transversales et à y répondre ensemble. Y sont présentées des communications sélectionnées sur la base d’un appel. Elles ont pour objectif, après une brève présentation de la recherche et de ses sources, de mettre en avant des questionnements méthodologiques. Ils sont souvent d’un ordre général pour des historiens de l’art : on y traite par exemple la question de la constitution du corpus, celle de la dissémination des archives ou encore celle de l’engagement du jeune chercheur. Ces courtes présentations sont suivies d’une discussion plus longue avec les membres présents, où chacun est invité à exprimer un point de vue personnel en faisant le lien avec ses recherches. Le déroulement de ces ateliers a en effet été pensé pour permettre aux auditeurs de s’approprier le problème méthodologique présenté, tout en participant à la construction du projet scientifique de l’intervenant.

 Les chantiers de recherche 

En parallèle de ces ateliers, l’ARIP donne l’opportunité de développer d’autres projets scientifiques communs, aux intérêts scientifiques plus précis, comme c’est le cas pour nos deux chantiers de recherches animés par les membres. Bien que rattachés globalement aux activités et au cadre de l’ARIP, ils fonctionnent en autonomie par rapport à elle et leurs bureaux ne sont pas nécessairement superposés à celui de l’association.

L’un s’intitule Photo/savoirs/critiques ; il vise à sonder l’apport potentiel des critical studies anglo-saxonnes dans les études sur la photographie, dans le but d’explorer les fondements d’une politisation des discours sur la photographie. Il a abouti à l’organisation d’une journée d’études intitulée (Re)politiser les discours sur la photographie, tenue le 7 décembre à l’Université Paris-Diderot. Au long de l’année, ses rencontres prennent la forme d’ateliers de lecture ou de discussions au cours desquels s’élabore le développement d’un travail réflexif sur nos approches scientifiques.

L’autre, intitulé Import/Export. Aux sources du langage sur la photographie est né de l’envie d’enquêter sur la formation du langage dont nous faisons usage pour parler de photographie et sur la manière dont ce langage a défini un champ disciplinaire d’études. Il avait initialement pour but de mettre en place un vocabulaire historique, critique et épistémologique collaboratif autour d’entrées spécifiques comme, par exemple, l’expression « medium photographique » ou encore celle d’ « acte photographique ». À ce projet, encore en cours de construction et que nous souhaitons lancer véritablement en 2016-2017, s’est annexé un cycle d’entretiens. Intitulé Import/Export. Les voix de la photographie 1960-1990, il se veut interroger les acteurs de la reconnaissance institutionnelle de la photographie. Cela nous permet de comprendre, à travers une enquête sur les expériences personnelles, comment à la question du langage s’adosse celle des actes dans la mécanique de la reconnaissance officielle de la photographie.  Ces entretiens ont vocation à être publiés en recueil, accompagnés d’une introduction historique et d’un appareil critique et informatif.

Activités ponctuelles 

Parallèlement à ces trois modes de rencontre régulières, s’ajoutent parfois des activités plus ponctuelles, qui sont intégrées au calendrier de l’ARIP selon les propositions des membres, et pas nécessairement organisées par le bureau de l’association. C’est le cas, par exemple,  d’une séance commune organisée avec l’HiPAM (le groupe de recherche en histoire du patrimoine et des musées), où nous avons reçu Pascal Beausse, responsable des collections photographiques du CNAP et Jean-Gabriel Lopez, photographe, commissaire et restaurateur, autour de la question des enjeux politiques d’une collection de photographies. Nous avons aussi organisé une excursion à Chalon-sur-Saône où nous avons été reçus Musée Nicéphore Niépce pour une visite de ses collections.

L’ARIP a plus généralement vocation a être un lieu de rencontre pour y voir naître tous types de projets ou activités liés à la photographie et son étude.

Une autre dimension importante de l’association est sa volonté de transparence et d’horizontalité, qui passe nécessairement par une bonne diffusion de nos informations et conséquemment, par l’existence d’une plateforme de diffusion. C’est le rôle qui a été donné à notre carnet de recherche, lancé sur Hypotheses et inscrit depuis quelques mois au catalogue de cette plateforme scientifique. Ce carnet s’articule essentiellement autour de deux volets, l’un étant dédié à la diffusion de nos informations et à la constitution d’archives de nos activités, l’autre à la publication de billets rédigés par les membres.

Information

Toutes nos rencontres font en effet systématiquement l’objet d’un compte-rendu. Celui-ci a bien sûr pour but de conserver une trace de nos activités, mais aussi de permettre à ceux qui ne peuvent y participer de se tenir informés. Il est rédigé par un membre présent en réuinon sur la base du volontariat, puis déposé en ligne sur le GoogleDrive de l’association. Chacun peut y apporter ses ajouts ou corrections, et nous le publions ensuite sur le carnet après ces quelques jours d’édition.

Dans le même esprit, nous avons ouvert une rubrique « Actualités de nos membres », qui permet la diffusion d’annonces relatives à leurs activités, comme une journée d’études ou une publication. Le carnet de recherche ayant l’avantage d’être syndiqué par la plateforme Culture Visuelle, il offre une bonne audience. Nous transmettons aussi les informations publiées sur le carnet via notre page facebook, qui comporte plus de 600 inscrits.

Publications

Le volet publication constitue quant à lui l’autre raison d’être de notre carnet de recherche. Il est possible, pour les membres de l’ARIP, de soumettre une proposition de billet à un comité de relecture. Il est composé de deux relecteurs de base, qui ont la responsabilité de la boîte mail dédiée aux contributions (contribution.arip@gmail.com). Ils anonymisent l’envoi avant de le soumettre au comité de relecture pour une relecture en double aveugle. Sur la base du volontariat, les deux premiers membres du comité qui se proposent pour la relecture prennent en charge la correction. Elle se fait au choix selon deux modes, que le contributeur doit préciser : le mode « billet », qui se traduit par des corrections d’ordres orthographique, typographique ou syntaxique ; ou le mode « article », qui demande un travail de fond sur la réflexion de l’auteur. Là encore, ces publications sont bien relayées et rencontre une certaine audience.

L’ARIP est une association ouverte et bienveillante, moins destinée à être une plateforme de reconnaissance qu’un lieu où s’élabore en commun une pensée sur la photographie et sur les images. Son organisation est pensée autour de ces principes et nous cherchons toujours à l’adapter au mieux aux besoins de nos membres et plus généralement, du champ disciplinaire qui est le nôtre.

Contact: https://arip.hypotheses.org