Membres fondateurs

Élodie Baillot, doctorante contractuelle à l’université Paris 1 sous la direction de Dominique Poulot, ED 441 Histoire de l’art, HiCSA EA4100 (Histoire du patrimoine et des musées). Titulaire d’un contrat doctoral de la Commission Recherche du Conseil Académique (C.R.C.A.) de l’université Paris 1, sa thèse s’intitule Réseaux de collectionneurs et enjeux de patrimonialisation en Europe au XIXe siècle. Elle enseigne, en tant que chargée de cours, l’histoire du patrimoine et des musées à l’université Paris 1. Elle est également membre du groupe de recherche en Histoire du Patrimoine et des Musée (HIPAM).

Matthieu Leglise, doctorant contractuel à l’université Paris 1 sous la direction de Pierre Wat, ED 441 Histoire de l’art, HiCSA EA4100 (Histoire de l’art contemporain). Titulaire d’un contrat doctoral de l’Ecole doctorale en histoire de l’art de l’Université Paris 1 (ED. 441), sa thèse s’intitule Manet après Manet : Archéologie d’une réception critique au XXe siècle. Il est commissaire de l’exposition Moïse figures d’un prophète (Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme, Paris, 14.10.15 – 22.02.16), membre du groupe de recherche doctoral en histoire de l’art du XIXe siècle (Studio XIX) et responsable de la bibliographie critique pour la période contemporaine à la Revue de l’art. Il enseigne, en tant que chargé de cours, l’art du XIXe siècle à l’Université Paris 1.

Marie Piccoli-Wentzo est doctorante contractuelle à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Philippe Morel (Histoire de l’art moderne). Titulaire d’un contrat doctoral de la Commission Recherche du Conseil Académique (C.R.C.A.) de l’université Paris 1, sa thèse s’intitule Le désert italien, entre aria, imaginaire et immanence, dans la peinture italienne de la Renaissance. Elle est membre du Centre d’Histoire de l’Art de la Renaissance (CHAR), éditrice du carnet de recherches du CHAR et membre du groupe de jeunes chercheurs médiévistes Questes, Depuis 2014, elle enseigne l’histoire de l’art de la Renaissance à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, en tant que chargée de cours en 1ère, 2ème et 3ème année de licence.

Olivier Schuwer, doctorant contractuel à l’université Paris 1 sous la direction de Pierre Wat, ED 441 Histoire de l’art, HiCSA EA4100 (Histoire de l’art contemporain). Titulaire d’un contrat doctoral du Conseil Scientifique de l’Université Paris 1, sa thèse s’intitule Impressionnisme et symbolisme dans la critique d’art de la fin du XIXe siècle (1886-1905). Il a organisé au printemps 2015 la journée d’étude intitulée : Le Christ refiguré (1848-1939). Membre du groupe de recherche doctoral en histoire de l’art du XIXe siècle (Studio XIX), il enseigne, en tant que chargé de cours, l’histoire de l’art du XIXe siècle et l’historiographie à l’Université Paris 1.

Marie-Charlotte Téchené, doctorante contractuelle à l’Université Paris 1 sous la direction de Sylvie Lindeperg et Dimitri Vezyroglou, ED 441 Histoire de l’art, HiCSA EA4100 (Histoire du cinéma). Titulaire d’un contrat doctoral de l’Ecole doctorale en histoire de l’art de l’Université Paris 1 (ED. 441), sa thèse s’intitule L’influence de la pédagogie du cinéma de Jean Epstein. De la création de l’IDHEC sous l’occupation à la constitution des études cinématographiques à l’université dans les années 70. Trésorière de l’association Les Trois Lumières, fondatrice du cinéclub de l’Université Paris 1, elle enseigne, en tant que chargée de cours, l’histoire et l’esthétique du cinéma des années 50 à nos jours, ainsi que les rapports entre histoire et cinéma à travers des visites de centres d’archives et l’étude de textes théoriques.