Archives de catégorie : Projet

Le projet

Territoires du Fantasme

Du grec ancien φάντασμα, phantasma, («apparition») et du latin phantasma («fantôme», «spectre»), le fantasme semble être la condition première de notre rapport aux images. C’est à partir de ce modèle “fantomal” de l’histoire que nous souhaitons aborder la question du fantasme et de son empreinte sur nos pratiques d’historiens de l’art.

Pour la première édition de cette Université d’été en partenariat avec Columbia University, nous donnerons la possibilité aux doctorants d’un côté et de l’autre de l’Atlantique de dresser la cartographie de leurs propres fantasmagories doctorales, dans un cadre informel qui permette une véritable liberté des échanges et des interactions : dans quels territoires se développent ces phénomènes de projection, d’illusion, d’hallucination ou de fixation fétichiste qui hantent irrémédiablement les approches scientifiques les plus rigoureuses ? Il s’agit de débusquer et d’arpenter, à travers nos pratiques de jeunes chercheurs, les différents espaces dans lesquels se déploie cette question du fantasme en une véritable topographie d’un inconscient à l’œuvre – que ce soit dans notre rapport à notre propre thèse, à nos pairs, à l’université, aux institutions en général – et, bien entendu, avant tout, aux œuvres elles-mêmes.

Ce thème nous permettra également de croiser les différents regards que les chercheurs français et américains portent les uns sur les autres, tant au niveau des approches, des méthodes et des buts que des mythes et des figures tutélaires – soit autant de regards nourris par un imaginaire fondamentalement fantasmagorique fait de désirs et de rejets, de projections et de refoulements.

 

*

*                     *

 

Territories of Fantasy

From the Latin word phantasma (« ghost », « phantom ») and the Greek word φάντασμα, phantasma, («apparition»), fantasies have always shaped our foremost relationship to images. This “spectral” model, shall serve as our starting point to address the question of fantasy and the imprint it leaves on our work as art historians.

For the first edition of this summer school, in partnership with Columbia university, we will invite PhD students from both sides of the Atlantic to lay out the cartography of their own doctoral fantasies, in a informal setting that will allow true freedom of exchange and interaction: In which territories do these phenomena of projection, illusion, hallucination or fetishist fixation develop, and inevitably haunt even the most rigorous of scientific approaches? We shall attempt to uncover and explore, through our work as young researchers, the different territories where fantasies unfurl, and draw up a genuine topography of the unconscious forces at work – whether it be in our relationship to our subject, to our peers, to the university, or the institutions in general- and of course, first and foremost, to the works of art themselves.

This theme will also allow us to cross examine how French and American researchers regard each other, in terms of their approach, methods and goals, as well as their myths and tutelary figures – as many different perception, fed by fundamentally phantasmagorical desires, repulsions and repressions.